Cher-e-s ami-es, cher-e-s camarades,

 

Les militants socialistes que nous sommes  ne sont pas prêts d’oublier l’année 2012 : la victoire de François Hollande et l’élection d’une majorité parlementaire de gauche ont enfin permis à la France de rompre avec une politique d’injustice sociale et de prendre le cap du progrès pour tous.

Nos concitoyens, dont beaucoup sont touchés de plein fouet par la crise et par les 10 années de politique de droite, attendent désormais beaucoup de nous : chômage, pauvreté, précarité sont le lot de millions de Français. Il nous faut être à la hauteur des attentes et démontrer en actes que nous pouvons changer cette réalité.

Dans un tel contexte, chacun doit être utile pour installer la gauche au pouvoir de manière pérenne.

Etre utile pour le Parti Socialiste, c’est relayer l’action du gouvernement,  rappeler nos engagements mais c’est aussi impulser de  nouvelles idées et accepter de débattre quand le contexte impose des choix importants. Socialistes, nous le sommes tous mais cela veut dire aussi que nous aimons penser et discuter des moyens d’incarner notre idéal. C’est ce que doit permettre le temps militant d’un congrès.

                                     Une motion d’orientation, ce n’est pas une motion de censure ni une motion de défiance. C’est une pierre  à l’édifice collectif.

Notre motion soumet ainsi des questions et des orientations aux militants :

1- Comment réussir le redressement économique de notre pays ? Nous sommes favorables à une stratégie offensive et nous considérons que, dans le contexte actuel de croissance quasi-nulle (en mai 2012, la prévision était de 1,2 en 2013 ; en septembre elle passait à 0,8% et c’est aujourd’hui le chiffre de 0,3% qui est évoqué), le rythme de la réduction des déficits publics et  l’objectif des 3% de réduction pour 2013 doivent être réinterrogés. Le risque, c’est en effet, le basculement dans l’austérité qui nourrit la récession qui, elle-même aggrave la dette et empêche toute relance: un vrai cercle vicieux !

2- Quelle Europe voulons-nous ? Parce que nous aimons l’Europe, nous ne pouvons nous satisfaire de son orientation actuelle. Loin d’être prospère, elle est austère, loin d’être démocratique, elle est oligarchique et l’Europe sociale n’est même plus évoquée.  Nous insistons sur la nécessaire réorientation de l’Europe. C’est « pour » et « par » les citoyens que l’Europe doit se construire, pas « contre » et « sans » eux.

3- Comment partager les richesses ? Notre motion  a le social en son cœur : quoi de plus normal pour des socialistes qui savent que l’égalité démocratique ne peut se contenter d’être formelle sous peine de n’être qu’une illusion… Et

c’est bien entendu sur cela que nous sommes attendus : aurons-nous réussi à améliorer le quotidien de Français si nombreux à subir le chômage, les bas salaires, la précarité, la crise du logement, les difficultés d’accès aux soins ? Aurons-nous progressé sur la voie de la réduction des inégalités ? Nous plaidons pour une relance salariale et une nécessaire révolution fiscale incluant la réforme de l’impôt foncier. La redistribution des richesses constitue  une exigence socialiste et un moyen de relance incontournable.

4- Comment répondre à l’urgence écologique ? Il est impératif de préserver notre milieu de vie. Les futurs citoyens de pouvoir vivre et décider de leur sort dans un monde que nous aurons su et voulu préserver. La recherche de profits à court terme se conjugue mal avec cet objectif que des services publics peuvent, au contraire, garantir. Ce n’est pas le marché mais l’Etat et les collectivités publiques qui permettront de voir loin, de globaliser les enjeux, de préparer l’avenir. La création d’un pôle public de l’énergie est nécessaire et plaidons pour une sortie progressive du nucléaire.

5- Comment renforcer nos services publics ? Au-delà des priorités accordées à l’école, à la police et à la justice, des besoins criants se font jour notamment dans les hôpitaux publics. Les services publics doivent s’étendre pour garantir des droits qui sans eux ne sont pas valables pour tous.

6- Comment faire évoluer nos institutions ? Nous prônons le passage à une VIème République qui mettre fin aux dérives présidentialistes de la Vème. Le Parlement doit redevenir le cœur battant de la démocratie, il doit aussi être plus représentatif et pour concilier stabilité et représentativité, nous pensons que l’idéal serait un scrutin mixte. La rénovation des institutions passe incontournablement par l’application stricte du non-cumul des mandats.

Je vous invite à écouter la présentation de notre motion par Emmanuel Maurel ( secrétaire national, Vice-Président de la région Ile de France) son 1er signataire.

http://www.maintenantlagauche.com/emmanuel-maurel-presente-sa-motion/

«  C’est une idée admirable d’avoir proclamé que, dans l’ordre politique et social d’aujourd’hui, il n’y a pas d’excommuniés, il n’y a pas de réprouvés, que toute personne humaine a son droit. » disait Jaurès en parlant de la démocratie.  Réfléchir aux moyens de passer de la proclamation à la réalisation est une tâche militante aussi exigeante qu’enthousiasmante. C’est l’objectif de la motion « Maintenant le changement ».

                           

Cette entrée a été postée dans Non classé. Mettre en favoris le permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*