Côte d’Ivoire: le grand cirque

 Le grand cirque

Publié le mardi 21 décembre 2010   |  Le Patriote
 

Le 28 novembre 2010, ce sont bien les Ivoiriens qui ont voté. Dans les urnes, l’on n’a vu, ni les Français encore moins les Américains. Par près de 60% de suffrages, les Ivoiriens ont choisi Alassane Ouattara contre Laurent Gbagbo. Pendant des mois et des années, le camp présidentiel a servi au bon peuple de Côte d’Ivoire, le discours que ses partisans ressassent aujourd’hui. La décolonisation façon Gbagbo serait en marche. Des certitudes qui n’ont pas empêché le professeur en tout, de mordre la poussière devant le candidat du RHDP. Il a été battu à plate couture. Dans un pays bien pensant, l’on serait arrivé à la conclusion que le fameux combat du leader des nouveaux libérateurs des nations africaines, n’est pas du tout du goût de la majorité de ses concitoyens.

Les tenants de cette philosophie des temps anciens, en auraient tiré toutes les conséquences. D’ailleurs, aiment-ils vraiment la Côte d’Ivoire ? Parce que l’on    attend dire, par certains de ses sbires, que pour « Laurent Gbagbo, s’il faut brûler la Côte d’Ivoire, elle brûlera ». De quoi donner la chair de poule à ceux qui ont pour le pays, un véritable amour. Et qui, par respect de la vie de leurs concitoyens, freinent des quatre fers devant l’utilisation de la force, pour entrer en possession de leurs biens ou de leurs droits. Quand on aime véritablement un être, à son sujet, on ne prononce guère pareilles paroles. En réalité, la Côte d’Ivoire n’est pas le premier de leur souci. Dans notre carré, ils ne voient que le pouvoir, les privilèges et les avantages divers. Malins qu’ils croient être, ils se cachent derrière un discours populiste. A l’envi, ils entretiennent une confusion entre leurs ambitions et le devenir du bon peuple de Côte d’Ivoire. Mais comme Dieu ne dort pas, chaque jour qui passe nous aide à mieux les connaître. Ceux qui disaient hier, être venus pour (re)donner aux Ivoiriens, leur liberté d’expression, la pire des situations étant celle du parti unique, de la pensée unique, voient leurs masques tomber. Aujourd’hui, le bon peuple découvre que ces pseudo révolutionnaires sont en réalité des spécialistes de la pensée inique. A longueur de journée, ils déversent sur le pays, des tonnes de mensonges sans jamais donner la possibilité aux autres de donner leur version des faits. Ils opposent à la volonté de tout un peuple, les désirs d’un individu partisan, en mission pour celui qui l’a nommé à la tête de cette institution qui devrait être respectable. Ils osent parler de souveraineté après avoir piétiné le choix des Ivoiriens. Il est vraiment temps que prenne fin ce grand cirque qui ne fait que du tort à la Côte d’Ivoire.

Raoul Mapiéchon

Cette entrée a été postée dans Action Militante. Mettre en favoris le permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*