Cagnotte scolaire : « Une pente dangereuse » pour Philippe Meirieu, chercheur en sciences de l’éducation.

 
 
Professeur en sciences de l’éducation, Philippe Meirieu pilote de nombreuses études et recherches en matière de pédagogie. Il a notamment travaillé sur la réforme du lycée lorsque Claude Allègre était ministre de l’Education Nationale (1997-2000)
 
 
Que pensez-vous de l’expérience qui va être lancée dans l’académie de Créteil ?
 
Philippe Meirieu. Je suis radicalement contre ! Comme je suis contre les parents qui fixent l’argent de poche au porrata des résultats scolaires. Certes, il y a une crise de la finalité de l’école, et des gamins estiment aujourd’hui qu’ils gagneront plus en dealant qu’en faisant des études. Je n’ai pas la solution magique, mais celle-ci me parait une facilité. Ce qu’on devrait faire entendre aux élèves, c’est qu’ils ont de la chance de pouvoir faire des études et que la collectivité paie pour cela.
 
Qu’est-ce qui vous choque ?
 
Le côté collectif de la cagnotte, c’est un peu l’inverse de la punition collective, mais avec les mêmes risques d’effet de groupe, de règlements de compte. Et, surtout, le côté rétribution ! Je sais que certains proviseurs sont tentés par l’idée de salaire, au motif que les gamins en apprentissage donc rémunérés sont plus sérieux. Mais quand on est payé, c’est pour la partie travail en atelier, pas pour les études ! Payer pour obliger les élèves à aller en cours, c’est exonérer l’école de son travail d’intéresser les élèves. C’est s’engager sur une pente dangereuse.
 
Pourquoi ?
 
Parce qu’on remplace la rétribution symbolique,  la plaisir de défi personnel par une rétribution tout court : ça devient de l’éducation bancaire ! Les enfants sont capables de défis : au judo, accéder à la ceinture noire, c’est un défi symbolique. A l’école ce doit être pareil. Si on y renonce, pourquoi ne pas les payer en colonies l’été pour qu’ils fassent une marche ou un match de foot ? 
Cette entrée a été postée dans Education. Mettre en favoris le permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*